top of page
Rechercher

CARENCE EN FER : Les symptômes, les causes et les traitements, solutions.




Quels sont les principaux symptômes ?



- Pâleur

- Essoufflement lors d’efforts

- Sensible au froid

- Des étourdissements

- Fatigue, surtout le matin

- Palpitations

- Problèmes digestifs (gastrite, diarrhées…)

- Problème ORL (angines, pharyngites…)

- Chute de cheveux et problèmes au niveau des ongles



Quelles sont les causes d’une carence en fer ?


- Tout d’abord, cela peut-être alimentaire.

Les végétariens qui ne se nourrissent pas de viande vont manquer de fer héminique.


En effet, une nourriture sans poisson, sans œuf pour certains, aura des conséquences au niveau de fer sauf si cette alimentation sera accompagnée de céréales complètes, de laitages ou de légumineuses.


Idéalement, il faut privilégier une alimentation vivante, c’est à dire, une grande part de légumes et de fruits (si possible biologiques) et les consommés crues ou avec une cuisson douce, de viandes (si possible biologiques), de poissons surgelés ou frais, d’ oeufs (label rouge ou biologiques).


Les personnes qui font un régime à basse calorie seront particulièrement concernées.



- Une incapacité à absorber le fer


L’intestin absorbe le fer contenu dans les aliments. Si nous avons un trouble intestinal, comme la maladie coeliaque, qui va empêcher notre intestin à absorber tous les nutriments de nos aliments digérés, pourra entraîner une anémie en fer.


Nos bactéries intestinales vont synthétiser la vitamine K qui est la vitamine de la coagulation.


Il est donc très important de prendre soin de nos intestins.



La grossesse


De nombreuses femmes enceintes ont un problème d’anémie du fait que leurs réserves de fer doivent être données principalement au fœtus qui est en pleine croissance.


Perte de sang


Lorsque nous perdons du sang, nous perdons également du fer. Cela peut être au moment des règles abondantes, une perte de sang chronique dû à un ulcère, une hernie ou un cancer colorectal.



La carence en fer chez les bébés





Il y a t-il une prédisposition chez certains bébés ?


En effet, voici quelques facteurs de risques chez les bébés de moins de 1 an :


- Ceux qui sont nés prématurément

- Ceux dont le poids de naissance est inférieur à 3000 grammes

- Ceux qui sont allaités exclusivement après 6 mois

- Ceux qui ont un régime végétarien

- Ceux qui boivent du lait faible en fer (moins de 7mg de fer / 1000 ml)

- Ceux qui boivent de grandes quantités de lait et qui ne mangent pas suffisamment d’aliments solides qui sont riches en fer.

- Ceux dont la maman avait une carence en fer durant sa grossesse

- Ceux dont la maman est diabétique

- Ceux dont la maman avait consommé trop d’alcool durant sa grossesse


Il est possible de proposer un complément en fer, en prévention, lors d’un suivi postnatal d’un bébé à haut risque d’anémie.

Il se fera dans ce cas, en gouttes qui seront administrées au bébé. Lors de l’introduction des solides, l’apport alimentaire à haute teneur en fer sera valorisé afin de compenser les besoins en fer du bébé, lors de sa croissance.



La carence en fer chez les enfants





Ils sont particulièrement touchés surtout au cours des trois premières années de leur vie. Puis vient, l’adolescence, les jeunes filles sont touchées du fait de leur croissance et des pertes menstruelles. Les 15-19 ans sont particulièrement concernées.


Chez l’adolescent, quelques signes pourront vous faire penser à une carence en fer : pâleur, fatigue, maux de tête, essoufflement à l’effort, une sensation de tête qui tourne, étourdissements, vertiges, faiblesse au moment de se lever d’une chaise, peau et cheveux secs, ongles cassants.


La carence en fer peut provoquer un impact sur la performance scolaire. Il faudra penser à une supplémentation afin d’améliorer la concentration, l’attention et l’apprentissage.


La carence en fer peut provoquer, également, le syndrome des jambes sans repos.


Si votre enfant a un désir compulsif d’ingérer des substances non alimentaire, telles que du papier, de la terre….il se peut que ce soit la PICA, un trouble des conduites alimentaires.

Dans ce cas, il sera important d’entreprendre des recherches à l’aide d’une prise de sang, en demandant les examens suivants ( NFS, Reticulocytes et ferritine).



La carence en fer chez le sportif




La carence se traduira par certains symptômes, tels que : essoufflement, fatigue, pâleur et irritabilité.


Cette carence serait plus une réponse physiologique à l’exercice physique, qu’une véritable anémie.


En effet, les efforts intensifs et rapprochés va favoriser la chute du taux de globules rouges et induire une anémie ferriprive.



Quelles sont les fonctions du fer ?


La principale est le transport de l’oxygène dans notre circulation sanguine et le stockage de cet oxygène dans nos muscles.


Notre hémoglobine a un besoin indispensable de fer pour pouvoir assurer le transport de l’oxygène de nos poumons vers nos autres organes.


Nos besoins en fer


Le fer présent à environ 70 et 80 % dans notre organisme est retrouvé l’hémoglobine de nos globules rouges.




Pour une femme, les besoins journaliers sont de 12,3 mg et de 7 mg pour les hommes.



Quel(le)s sont les traitements et les solutions ?


Le fer est essentiel pour les organismes vivants puisqu’il participe à transporter l’oxygène dans notre corps.


Devons nous prendre des suppléments en fer ?


Si la carence entraîne une anémie grave, il faut dans ce cas, administrer directement du sang. Effectivement, si l’intestin est enflammé et qu’il n’absorbe pas le fer, il faudra injecté du fer dans la veine. Les comprimés, dans ce cas, ne seront pas suffisamment efficaces. (ex : Maladie de Crohn)


Certains aliments ne doivent pas être associés pour favoriser l’assimilation du fer, qui sont-ils ?


- Eviter d’associer un produit laitier à un aliment, style lentilles, tofu, viande rouge.


- En effet, les produits laitiers réduisent la biodisponibilité du fer.


- Eviter le thé, les jus de raisin, de cassis, le vin.


Les aliments à privilégier :




Les légumes et les fruits frais, contenant de la vitamine C (orange, kiwi, poivrons, choux). Ceux qui contiennent de la vitamine A (épinards, carottes, patates douces) mais surtout privilégier la viande, le poisson et les fruits de mer



Parlons du Nutri-score




Un vrai questionnement en ce qui concerne le fer.


Il s’impose en 2022 dans les habitudes alimentaires des Français ; mais qu’en est-il des apports en fer ?


L’exemple ci-dessous, permet de comparer l’assimilation du fer et de sa biodisponibilité.


Le boudin noir : il a un nutri-score de D mais une très forte biodisponibilité en fer,


Les pois-chiche : ils ont un nutri-score de A mais une faible biodisponibilité en fer.




Quel complément alimentaire prendre lors d'une carence en fer ?


Bien faire attention aux compléments nutraceutiques car ils provoquent des irritations et des inconforts. Seul, le bisglycinate de fer permet d’apporter une solution efficace et sécurisée.


Nous pouvons accompagner le fer de vitamines B9, C et B12


Il est important de ne pas souffrir de problèmes digestifs sous peine d’une mauvaise assimilation,


Vous souhaitez savoir si vous êtes en manque de fer ?


Faites-vous prescrire une prise sang, et demander le taux de ferritine et de CST (coefficient de saturation de la transferrine).



44 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page