Rechercher

LES DIFFERENTS REGIMES ALIMENTAIRES




LE REGIME CETOGENE



Un régime cétogène est un régime à très faible teneur en glucides et très riche en lipides.

AVANTAGES


Ce régime est conçu pour abaisser et stabiliser les niveaux d’insuline, ce qui permet au corps de brûler plus facilement les graisses et de moins dépendre du glucose comme source d’énergie.

INCONVENIENTS


C’est une alimentation qui doit être mise en place avec un professionnel habitué à ce type de régime, car elle induit un changement de métabolisme important. Elle peut conduire à un déficit en potassium.

Le manque de glucide peut provoquer un stress important au niveau du corps, entraînant un ralentissement de la thyroïde et un ralentissement du métabolisme.



POUR QUI ?


Le régime cétogène est surtout utilisé pour les épileptiques et les personnes souffrant de troubles mentaux, schizophrénies, autisme. Certains médecins l’utilisent pour lutter contre le cancer, la fibromyalgie, les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Il peut être envisagé chez les personnes obèses ou en surpoids.



A EVITER


Chez les personnes ayant un foie fragile ou un trouble de l’absorption des graisses, les personnes avec une thyroïde sous-active, les femmes n’ayant plus leurs règles, les femmes enceintes et allaitantes, les enfants.




LE REGIME PALEOLITHIQUE



C’est l’alimentation que les hommes du Paléolithique ont suivie durant 2,5 millions d’années en tant que chasseurs-cueilleurs. Ils ne mangeaient ni céréales ni produits laitiers. L’alimentation paléo consiste à manger une large part de végétaux de saison, des protéines animales 2 fois par jour, des graines oléagineuses et peu de fruits (principalement des baies). La viande est surtout du poulet, du canard, du poisson, des cailles, des escargots. Les glucides sont apportés par les tubercules (patate douce, igname, pomme de terre).



AVANTAGES


Cette alimentation évite les aliments industriels, le sucre, les sodas et les céréales riches qui peuvent causer fermentations et inflammations. Elle ne comporte aucune carence. Elle prévient les maladies de civilisation liées à l’inflammation du corps, les maladies auto-immunes, l’ostéoporose et la fracture du col du fémur.



INCONVENIENTS


Mal appliquée, l’alimentation paléo peut manquer de légumes ou inclure de trop grandes quantité de viande non qualitative. Il n’est pas possible d’adopter pleinement le même régime Paléolithique, parce que les animaux et les plantes ont évolué depuis 10 000 ans.



POUR QUI ?


Pour les personnes qui ne digèrent pas les céréales, les personnes atteintes de maladies auto-immunes.



A EVITER


Chez les végétariens, les personnes qui ne digèrent pas la viande ou qui ont une faiblesse dans le métabolisme des graisses.



ALIMENTS AUTORISES


Viandes :

Boeuf, porc, poulet, dinde, canard, oie, caille, agneau, lapin, veau, cheval, sanglier, cerf, biche, kangourou, autruche, élan, bison.

Steak haché surgelée, viande hachée surgelée

Lardons, jambon fumé et charcuterie (uniquement artisanale)


Oeufs : poule, canard, oie, caille


Poissons : thon, maquereau, sardine, truite, saumon, flétan, cabillaud, sole, lotte, morue, fruits de mer.


Légumes : tomates, poivrons, poireaux, céleri, oignons, concombres, chou de bruxelles, asperges, laitues, avocats, artichaut, chou-fleur, épinards, endives, carottes, navets, radis, patates douces.


Fruits : bananes, oranges, pommes, nectarines, pamplemousse, mangues, pêches, abricots, melon, fraises, myrtilles, framboises, mûres, kiwi, citrons, figues, noix de coco, fruit de la passion.


Fruits secs : abricots, figues, dattes, pruneaux


Graisses : huile d’olive et huile de coco


Oléagineux : noix, pistache, châtaignes, amandes, noisettes, noix de cajou, noix de pécan.


Champignons : Girolles, cèpes, bolets, morilles


Herbes et épices : Persil, thym, menthe, origan, sauge, coriandre, menthe, poivre, ail,

cumin, paprika, curcuma, cannelle, vanille, clou de girofles, curry

ALIMENTS INTERDITS

Céréales : Blé, riz, maïs, pâtes, pain, semoule, boulgour, céréales du petit déjeuner, muesli, biscottes, cracottes, gâteaux, brownies, biscuits, farines de tout type, vermicelles, raviolis, Biscuits apéros, crackers, bière (houblon).

Sucres & féculents : Pomme de terre, purée, petit pois, quinoa, purée de marrons, Nutella, confiture industrielle, sucre en poudre, pop corn, bonbons, chocolat (si moins de 74 %), chocolat en poudre, barres chocolatées, sirops

Légumineuses : lentilles, haricots blancs, pousses de soja, pois chiches.


Huiles : Huiles de tournesol, d’arachide, de maïs, de colza.


Autres : soupe en boite, sauce spaghetti, ketchup, chips, préparation pour gâteaux / crêpes.


Produits laitiers : lait, fromages, yaourts, margarine, crème-dessert.


Sucres : jus de fruits (si sucres ajoutés), sodas.


Autres : saucisses type knacki, tofu


Céréales surgelées: pizza, quiches, tartes salées ou sucrées, petits fours.


Sucres surgelé : crème glacée, barres chocolatées.


Autres : repas surgelés, poisson pané, cordons bleus, frites, nuggets.



REGIME SANS FODMAPS



Il est souvent conseillé dans le cadre d’un syndrome de l’intestin irritable ou de colopathie fonctionnelle. En effet, les aliments qui contiennent ces sucres fermentescibles ne sont pas digérés et l’intestin tente de les éliminer en relâchant de l’eau, ce qui provoque des douleurs et des diarrhées. Le lactose et le gluten sont les principaux coupables, ainsi que certains fruits et légumes.



Les aliments qui contiennent des oligosaccharides


Blé, orge, seigle, oignon, échalote, poireau, artichaut, petit pois, chicorée, pistache, légumineuses, lentilles, pois chiche.


Les aliments qui contiennent des disaccharides


lait, fromages frais non affinés


Les aliments qui contiennent des monosaccharides et polyols


pomme, poire, mangue, cerise, pastèque, asperge, sucre blanc, miel, sirop de glucose, abricot, nectarine, champignon, chou-fleur



AVANTAGES


La digestion est améliorée et les douleurs et flatulences résorbées


INCONVENIENTS


Ce régime alimentaire n’est pas toujours évident à suivre


POUR QUI ?


Pour les personnes chez qui l’éviction du gluten et des produits laitiers ne mène pas vraiment à des résultats suffisants.


A EVITER


Les aliments cités ci-dessus contenant des fodmaps : le blé et les farines et produits à base de blé, les oignons, les échalotes






REGIME SANS GLUTEN



L’alimentation sans gluten consiste à supprimer les céréales contenant les protéines de gluténine et de prolamine : le blé, le seigle et l’orge sont les plus inflammatoires. L’avoine est parfois tolérée, parfois non.

Mémo : j’ai du gluten dans mon SABO (seigle, avoine, blé et orge)


L’épeautre, le petit épeautre et le kamut sont des cousins du blé et contiennent du gluten également.


Cette alimentation est prescrite aux personnes ayant la maladie coeliaque, laquelle se dépiste par une prises de sang et une biopsie. Cependant, la modification génétique des céréales, notamment celle du blé a augmenté la quantité de gluten, et de nombreuses personnes présentent des signes d’intolérance (syndrome du côlon irritable, prise de poids, douleurs articulaires, troubles cutanés de type eczéma ou psoriasis….), voire déclenchent des maladies auto-immunes (maladie d’Hashimoto, maladie de Crohn, sclérose en plaques, diabète de type 1, polyarthrite rhumatoïde) ou des troubles mentaux (schizophrénie, autisme, épilepsie.

AVANTAGES


Ce type d’alimentation permet de soulager de nombreux troubles digestifs, auto-immuns, articulaires et cutanés.


INCONVENIENTS


Nos conditionnements alimentaires européens rendent difficile sa mise en pratique, car ils se portent sur des choix alimentaires à base de farine de blé (pains, viennoiseries, pâtes, pizzas). Ce type d’alimentation demande de changer des habitudes alimentaires bien ancrées.


POUR QUI ?


Pour les personnes coeliaques et les personnes présentant des troubles digestifs : ballonnements, acidité gastrique, syndrome du côlon irritable, maladie de Crohn, toute personne souffrant d’une pathologie auto-immune, les autistes, dyslexiques, dyspraxiques, les personnes présentant des troubles mentaux et une fatigue chronique.


A EVITER


Chez les personnes qui ne présentent aucun des troubles cités ci-dessus



REGIME VEGAN



L’alimentation végan bannit tout produit d’origine animale :


la viande, le poisson, les fruits de mer, les œufs, les produits laitiers, mais aussi le pollen et le miel. Elle s’étend à un mode de vie où tout produit issu de l’exploitation animale est exclu : cuir, laine, soie. La principale motivation est d’éviter la souffrance animale.

AVANTAGES


Ce mode alimentaire permet d’éviter la souffrance animale. Cette alimentation particulièrement légère est plutôt un mode de détoxination sur une période plutôt courte.

INCONVENIENTS


Cette alimentation est carencée en vitamines A, D et B12, les principales sources étant de source animale. Elle est carencée également en graisses et souvent en protéines par manque de connaissance en nutrition. Souvent, le soja prend une place beaucoup trop systématiquement dans l’alimentation. Un excès de soja apporte un excès de phyto-oestrogènes et peut provoquer des dérèglements hormonaux, un ralentissement de la thyroïde et un excès de purines. Ce type d’alimentation est impossible à tenir sur le long terme sans éprouver des signes de fatigue et des carences. Il nécessite une approche lente afin que le microbiote intestinal s’adapte et puisse produire la vitamine B12.


POUR QUI ?


Pour les végétariens de longue date ou pour les personnes qui ont besoin d’une détoxination du corps. Les diabétiques de type 2 y trouve souvent une grande amélioration.


A EVITER


Impérativement pour les enfants et adolescents en croissance, pour les femmes enceintes et allaitantes, les personnes stressées et actives.



REGIME VEGETARIEN



L’alimentation végétarienne consiste à bannir les chairs animales et se base sur l’utilisation des laitages et des œufs ainsi que des légumineuses en association avec les céréales comme source de protéines.


Certains végétariens mangent également du poisson et des fruits de mer de façon occasionnelle.


Pour augmenter la présence de protéines, il est bon d’ajouter à l’alimentation des champignons, du tofu, de la spiruline ou du pollen


AVANTAGES


L’intérêt pour la santé, notamment dans les cas de maladies cardiovasculaires, constipation, cancer, diabète, hypertension, obésité, est largement prouvé. Cela est dû aussi à la présence prépondérante de végétaux dans ce type de régime. Elle permet d’éviter la consommation de viande et de poisson pour les personnes qui les digèrent mal et qui souhaitent éviter ces aliments acidifiants ou procurant de la souffrance animale.


INCONVENIENTS


Pour arriver à satiété, les végétariens mangent de grosses quantités de céréales et de fromage. Les excès de céréales, notamment de pain, ne sont pas adaptés aux profils sensibles au sucre, car ils déclenchent des envies de sucre et des fermentations. Les excès de tofu, sont aussi fréquents. Le soja peut provoquer à la longue des dérèglements hormonaux. Extraire les protéines des céréales peut s’avérer difficile pour certains systèmes digestifs car les protéines sont prises dans de grosses quantités de cellulose (les fibres). Cela peut provoquer une hypochlorhydrie au niveau de l’estomac et, par conséquent, de possibles carences, anémies, fatigue chroniques, etc.


POUR QUI ?


Tout adulte et enfant digérant bien les laitages, les céréales et les légumineuses.


A EVITER


Chez les personnes présentant une candidose, des fermentations liées au sucre, une intolérance aux produits laitiers.





5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout